Tavernier, Président des Magritte

Passage Interview de Bertrand Tavernier

...

Quelle relation entretenez-vous avec le cinéma belge ?

Très bonnes, j’ai travaillé avec des acteurs belges admirables, Marie Gillain que j’adore, deux fois et cela a failli être trois. Olivier Gourmet, je crois que j’ai été un des premiers à lui donner une scène de comédie au cinéma. Il jouait le producteur réalisateur Roger Richebé dans "Laissez-passer".

 

Il disait ce genre de phrases : "Il ne faut pas rester coincé entre le marteau et l'écluse." (rires) Avec une telle assurance, sans montrer que la phrase est comique. Je viens de revoir le film en compagnie de centaines de lycéens, c’est d’une efficacité (rires). J’ai voté pour lui aux César il est génialissime dans "L’Exercice de l’Etat". J’ai aussi travaillé souvent avec des techniciens belges. L’équipe de "La Fille de D’Artagnan" était belge. La scripte Zoé Zurstrassen a participé à plusieurs de mes aventures. Je vois des films belges aussi. j’aime beaucoup ceux Bouli Lanners, de Joachim Lafosse, de Jaco van Dormael. Les frères Dardenne, bien sûr. De Poelvoorde. J’ai beaucoup d’admiration pour ce petit pays qui fait tellement de grands films.

...